Back to top

Des conseils pour une alimentation saine de bébé

Le souci majeur de presque tous les parents est celui de l’alimentation du bébé. Une alimentation saine contribue à un développement harmonieux du corps et de l’esprit. Que donner à l’enfant et à quel moment sont les questions que se posent la plupart des parents à cette étape importante de la vie de leur enfant. Les avis et conseils d’experts ainsi que les divers témoignages aideront sûrement ceux qui sont dans le besoin à trouver la solution à leur problème.

Connaître les besoins nutritionnels du bébé

Pour bien nourrir le bébé, il faut d’abord connaître ses besoins nutritionnels. De quoi a-t-il besoin et à quel moment ? C’est une question qui se pose même dès les premiers jours du bébé quand on choisit le lait infantile et non l’allaitement maternel.

Tous les nutritionnistes sont d’avis que le lait maternel est complet et couvre tous les besoins du bébé jusqu’à 6 mois au moins. Les parents qui ont fait cette option ont fait le bon choix. Le problème, c’est l’alimentation de la mère qui doit être équilibrée pour pouvoir combler les besoins du bébé. Pour ce qui est du lait infantile, le choix est difficile, et le mieux est de prendre l’avis de l’obstétricien ou du pharmacien.

Plus tard autour de 4 à 6 mois vient le moment de la variation. Même si l’alimentation lactée est toujours de rigueur, le lait à lui seul ne suffit plus. Il faut diversifier l’alimentation avec des fruits et légumes et aussi un peu de féculents.

 

Entre 7 et 11 mois, le bébé est en pleine croissance et a de nouveaux besoins. De ce fait, son alimentation devient encore plus consistante et beaucoup plus variée avec l’introduction d’autres aliments, même si le lait ou le sein sont toujours d’actualité.

La phase du sevrage intervient généralement entre un an et 18 mois. À cette étape, les besoins en lait seront comblés par des compléments. C’est aussi à ce moment que l’alimentation devient plus complète.

Quand et comment varier les repas ?

À partir de 6 mois, le tube digestif du bébé est assez solide pour qu’il puisse ingérer et évacuer facilement des aliments solides. C’est à ce moment que commence l’introduction de nouveaux aliments, même si certains recommandent de commencer plus tôt (en faible quantité à partir de 4 mois) pour faciliter l’acceptation.

Les fruits, légumes et légumineux bien cuits et réduits en panade seront progressivement introduits dans l’alimentation de l’enfant. À cette étape, il faut, à tout prix, éviter le sel, ses reins n’étant pas assez solides pour éliminer les toxines. Il faudra éviter également de lui donner du sucre ajouté et le miel qui peut contenir une bactérie pouvant provoquer une allergie chez le tout petit.

Les spécialistes s’accordent pour dire que l’ordre d’introduction des nouveaux aliments importe peu, à condition de pouvoir alterner féculents, fruits et légumes. Ce qui compte, c’est la manière de le faire, afin que bébé accepte facilement le nouveau goût. La meilleure manière de le faire est de commencer avec un seul aliment et en faible quantité. La répétition sur une certaine période permettra au bébé d’accepter le nouvel aliment et de s’habituer au goût et à la texture.

Au début, il peut refuser de consommer. Dans ce cas, mieux vaut ne pas le forcer, mais plutôt essayer une autre fois. Il faut parfois une bonne dose de patience pour parvenir à le lui faire accepter. Une fois qu’il aura accepté un aliment, vous pourrez ajouter un autre en complément par petite dose qui augmentera au fur et à mesure jusqu’à complète admission.

Une alimentation diversifiée et équilibrée

De 0 à 6 mois, le bébé sera nourri au lait exclusif, à raison de 500 à 600 ml par jour. À proscrire avant un an, le lait de vache, de chèvre ou celui d’ânesse. À partir de 6 mois, carottes, patates, pommes de terre réduites en purées seront progressivement introduites dans l’alimentation. Il faut alterner avec les pommes, bananes, poires, prunes ou avocats, le tout réduit en purée. L’enfant peut également consommer à cet âge les épinards, les choux fleurs et les haricots vers ou le brocoli.

Le poisson non gras et la volaille peuvent aussi être intégrés à l’alimentation. Pour ce qui est du beurre et des produits laitiers (yaourt et fromage, le mieux est de prendre l’avis du médecin) avant de s’engager. À cet âge aussi, le bébé peut déjà consommer des céréales sous forme de farine mélangée au lait.

Entre 7 et 9 mois, l’alimentation déjà variée peut être complétée avec d’autres aliments tels que le riz, le millet, les lentilles, le couscous ou de l’avoine. Il peut aussi consommer, sans crainte, le poisson gras, la viande rouge hachée et des oeufs durs. Le yaourt, le fromage blanc et du beurre non salé peuvent s’ajouter à la liste.

Entre 10 et 12 mois, les repas sont encore plus complets et l’enfant peut pratiquement manger tout ce que les adultes consomment sans le sel et le sucre. Il convient aussi de continuer à lui donner le lait pour combler ses besoins en calcium.

Après un an, l’enfant est pratiquement autonome et peut tout consommer, mais avec modération. Même s’il est sevré, il n’en demeure pas moins qu’il a toujours besoin d’une dose quotidienne de lait pour assurer la croissance.

Son alimentation doit toujours être aussi saine et variée pour son équilibre. À tous les stades de son développement, il est vivement recommandé de privilégier les produits frais et faits maison aux aliments manufacturés.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

6 + = 14